Semaine Calabraise du 4 au 9 décembre 2012

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Semaine Calabraise du 4 au 9 décembre 2012

Message  Caroux le Jeu 25 Oct - 19:01

Bonjour,
Je viens vous donner le programme de la "semaine calabraise" à l'initiative de notre association TAFANARI.
Si vous ne connaissez pas le Haut Languedoc, voilà une belle occasion de venir le découvrir. On y danse, on y chante, on y joue.... on y apprend... et on y dort bien !
Alors peut être aurez vous envie de venir nous retrouver ,
Al cop que ven !



SEMAINE CALABRAISE DU 4 AU 9 DECEMBRE 2012 Organisé par TAFANARI en Partenariat avec l’Escola de Bodega, LTED, MED’OC, le grand Café Joucla, Le Chai C. Cannac, La Paix déménage,
Gites du chateau de Colombieres/Orb –

Mardi 4 décembreCHAI CHRISTINE CANNAC au pied de la Mairie de BEDARIEUX 04 67 95 86 14 - 06 62 03 89 16
20h30 Soirée calabraise avec Tonino Cavallo, Francesco Rosa, Paolo Napoli, Antonio Arvia + invites surprise. Chants, accordeon, tambourin, zampogna, guitare battente. Ivresse des fêtes populaires italiennes. Venez danser au milieu des bouteilles.
Restauration sur place. Vins naturels Participation libre au chapeau


Mercredi 5 décembre VILLEGAILHENC stage de chant et de danse l’aprs midi. Concert baléti en soirée. Organisation l’escola de bodega.

Jeudi 6 décembreUniversité P. Valéry avec le Med’oc et l’asso. LTED ˆ MONTPELLIER 04.67.14.26.22 (sous réserve)
19h00 Soirée concert et bal Italie du sud. Pour faire le plein d’énergie et de soleil !

Vendredi 7 décembreEglise de COLOMBIéRES/ORB
21H00 Concert “Noél en Calabre” et chants de Mesoraca (provice de Crotone) : Chants polyphoniques de tradition.Vin chaud et petits gâteaux. Libre Participation

Samedi 8 décembre à Colombières/ORBBal’Ivern ˆ l’italienne et festival de BD
14H00 - 17H00 STAGES (sur inscription : 06 87 46 01 72) Tarif : 15 e
Stage de Chant : techniques de chant populaire.Technique vocale : a gola aperta.Tous niveaux. Cours en Français.
Stage de danse : Danses rituelles, tarentelles endiablées...
Stage de Tambourin et sonnailles : techniques populaires italiennes.
Stage d’accordŽon diatonique :répertoire et techniques calabraises. Tous niveaux. Cours en Italien. Transmission orale.
19H00 Le Bal des enfants
20H00 Repas italien sur réservation Tarif : 10 e Repas + Bal 16 e
21H30 GRAND BAL POPULAIRE 100% CALABRAIS Tarif : 8 e/6 e
Avec Tonino Cavallo, Francesco Rosa, Paolo Napoli, Antonio Arvia, authentiques colporteurs de la tradition musicale populaire de l’Italie du Sud, au menu Tarentelles, Pizzica, Tammuriate, Saltarello, valses et cercles de toutes tailles...
Premire partie avec Tafanari

Dimanche 9 décembre
CAMPLONG Chansons calabraises et danses de transe au Caf é Joucla
17H30 avec Tonino Cavallo, Francesco Rosa, Paolo Napoli, Antonio Arvia
réservation conseillée 04.67.95.25.90 Tarif : 7 e



La technique vocale des ces chants traditionnels, comme dans la plupart des régions de Calabre, est nommée “a gola aperta”. La superposition des voix s’organise souvent ainsi : une voix commence la premire phrase, une deuxieme intervient peu aprés en produisant un bourdon en meme temps qu’une troisieme qui chante avec un demi-ton de décalage. Au second couplet, les rles entre la premire et la troisieme voix s’échangent. Le bourdon garde son role d’accordeur Francesco Rosa


Alessandria del Caretto est le village le plus haut perchédu Parc National du Pollino. Sa position géographique, lui a permis de conserver les principaux aspects de sa culture agro-pastorale... L’instrumentation traditionnelle de cette partie de la Calabre se compose notamment de deux types de “zampogna” (cornemuses du sud de l’Italie) : la “surdulina”, qui est la plus petite cornemuse d’Europe et la “zampogna” ˆ ... Paolo Napoli


Un peu d’histoire, un peu plus complète
«Alessandria del carretto se situe à 1000 m au-dessus de la mer, c’est le village le plus haut perché du parc national du Pollino, côté Calabre (l’autre versant est en Basilicate). Sa position géographique, lui a permis de conserver les principaux  aspects de sa culture agro-pastorale. Ainsi, les fêtes ponctuant l’année (noël, carnaval...) sont encore les moments privilégiés d’un rapport dialectique très fort entre la danse et la musique. L’instrumentation traditionnelle de cette partie de la Calabre se compose notamment de deux types de « zampogna » (cornemuses du sud de l’Italie) : la « surdulina », qui est la plus petite cornemuse d’Europe et la « zampogna » à clé ; puis, viennent les instruments « éphémères » (fabriqué dans l’instant, avec des matériaux de récupération naturels ou artificiels ) que sont la flûte harmonique, le « cupa-cupa » (tambour à friction) et la bouteille en verre jouée en percussion avec une grosse clé en fer, et bien sûr l’accordéon diatonique.
Quand aux chants , il se décomposent en sérénades, en chant de travail, en chant de « sdegno » (chant de dédain, indignation) et de chant a cappella. La technique vocale utilisée se nomme « a gola aperta » ( à gorge ouverte), car on le chante en poussant les limites de la justesse.
Bien souvent, la musique d’Alessandria del carretto appelle la danse. Autrefois, la danse était organisée par un maître de bal. Lui seul était habilité à désigner, au sein de la ronde alors formée, les femmes qui pouvaient venir au centre danser avec les hommes.
La typologie des danses varie selon les contextes. Par exemple,   lors des mariages se pratique la « danse de l’épouse », à la sortie de l’église. Lors du carnaval c’est autour des hommes de danser la « danse des polichinelles ». Il y a aussi des danses de salon, des quadrilles par exemple, mais qui sont interprétées au travers d’un « filtre local ».
En regard de l’ensemble extrêmement varié des danses pratiquées en Calabre, celles du Pollino ont la particularité d’être basées sur des petits pas glissés, en contact avec la terre,  ainsi que de former des figures géométriques assez spectaculaires, entre hommes et femmes.
Autant les danses liées à la zampogna ou à la surdulina sont restées plutôt lentes, autant celles qui s’accompagnent d’accordéon diatonique sont frénétiques! Ces dernières étant plus récentes, il se peut qu’il s’agisse aussi d’une question d’époque…!»
Paolo Napoli

Les chants polyphoniques profanes de Mesoraca (province de Crotone, Italie).
 Mesoraca est un village situé au pied de la Sila Piccola, massif montagneux du centre de la Calabre. Depuis toujours, ses principales activités se partagent entre l’agriculture, l’élevage des chèvres et l’exploitation des nombreuses forêts qui caractérisent la région.
 La tradition des chants polyphoniques est principalement liée à l’agriculture : la difficulté du travail, sous un climat  souvent peu clément, engageait les ouvriers à faire passer la journée en s’encourageant par des chants collectifs, dont les superpositions mélodiques permettaient d’éviter toute monotonie. De plus, il était quasiment improbable d’apporter avec soi des instruments lors d’une journée de travail, d’où ce « choix forcé » de chanter a cappella. L’éloignement  de l’espace et du temps domestique, puis du village lui-même, et le fait de se retrouver tous ensemble dans de grands champs à travailler, sont les trois principaux éléments qui peuvent expliquer ce besoin de chanter.
La tradition vocale de cette région se compose essentiellement de chants d’amour, de « sdegno » (chants d’indignation, de dédain ou d’invective) et de chants rituels liés aux saisons. Les types de chant les plus fréquents à Mesoraca sont dits ‘a cioparedda’ et ‘a oli-oledda’, expressions en dialecte faisant référence à une figure féminine, que l’on retrouve à chaque fin de vers, reprises en chœur par tout le monde. La technique vocale des ces chants traditionnels, comme dans la plupart des régions de Calabre, est nommée ‘a gola aperta’, une façon de chanter à gorge déployée, jusqu’à l’essoufflement voire l’atonalité.
La superposition des voix s’organise souvent ainsi : une voix commence la première phrase, une deuxième intervient peu après en produisant un bourdon en même temps qu’une troisième qui chante avec un demi-ton de décalage. Au second couplet, les rôles entre la première et la troisième voix s’échangent. Le bourdon garde son rôle d’accordeur… Dans le cas d’un nombre élevé de chanteurs, on constitue des groupes.
Mais de nombreuses variantes existent, toutes aussi nombreuses que le sont les dialectes, qui changent et qui se mêlent d’un village à l’autre de la Calabre…
Francesco Rosa

Caroux
Membre
Membre

Messages : 1
Date d'inscription : 25/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum